The Play That Goes Wrong at the Duchess Theatre

Maud Madlyn, comédienne

Article vérifié: 2014/07/22 | Prochaine relecture: 2015/01/22

Arrivée pendant l’été 2010, Maud a choisi Londres pour développer sa carrière de comédienne. Après des études de comédie musicale à Paris, la jeune femme est tombée amoureuse de la capitale britannique suite à un séjour d’agrément.

« A l’époque je travaillais à Marseille. J’ai passé un an à préparer mon départ pour Londres, tout en économisant de l’argent pour rendre mon installation plus facile. » 

explique la jeune femme, qui a 30 ans à peine, a déjà pas mal bourlingué.

« Mon père vit en Colombie et pendant mon enfance nous avons vécu aux Etats-Unis. J’ai aussi vécu au Canada. Du coup, je ne retourne pas souvent en France car je ne m’y sens pas trop chez moi. Heureusement, ma mère et mon frère adorent venir me voir à Londres. Je réussi à voir tout de même ma famille assez souvent. »

Pour le moment, Maud travaille à l’Etcetera Theatre de Camden en tant que Assistant Manager, tout en combinant sa vie de comédienne faite de castings, auditions et répétitions...

« J’ai fait pas mal de petits boulots à mon arrivée, notamment en call center. Pour pouvoir continuer à faire mon métier de comédienne, il me fallait un job avec des horaires flexibles. En travaillant à l’Etcetera Theatre, c’est idéal pour moi pour organiser mon emploi du temps. » 

raconte Maud qui vit en colocation avec 4 autres personnes dans un appartement de Tottenham Court Road.

Bilingue depuis l’enfance, les premiers pas de Maud à Londres se sont passés sans trop d’accros, à part un premier appartement infestés de punaises…Une expérience qui n’a pas découragé Maud dans son désir de vivre à Londres.

Actuellement Maud prépare un  nouveau show : Porn Virgins pour la Camden Fringe. Ce spectacle qu’elle a écrit et qu’elle co-met en scène avec Sharlit Deyzac raconte les déboires d’acteurs porno. Un sujet qu’elle a choisi de traiter dans le cadre d’un cycle sur la place des femmes dans le monde avec la compagnie Defiant Reality.

« Ce qui nous importe dans la mise en place de ce projet c’est de montrer la place des femmes dans la société. Le monde du porno est assez absurde quand on y pense : tout est centré sur le désir masculin et les femmes se retrouvent considérées comme des objets. C’est ce qu’on a eu envie de dénoncer dans cette pièce. »

Un sujet que Maud compte traiter avec humour, histoire de mieux faire passer le message. Porn Virgins se joue en pendant quelques dates durant le mois d’août au Camden Fringe et peut être aussi en septembre, si le succès est au rendez-vous.

Etre comédienne à Londres est-ce chose facile ? Pas vraiment. Maud a du passer pas mal d’auditions et essuyer pas mal de déceptions avant de pouvoir commencer à percer.

« J’ai passé les 6 premiers mois sans projets théâtraux…C’était dur. Mais ensuite, j’ai été choisie pour jouer Toinette dans une production en français du Malade Imaginaire. Ensuite j’ai enchainé les projets et les rôles : des tours de chant, du cabaret, un rôle dans un court métrage, un one woman show en anglais inspiré du Horla de Maupassant avec Second Skin Theater. »

Entre théâtre en anglais et en français, Maud passe de l’un à l’autre avec une certaine aisance. Elle a participé au festival de théâtre francophone Oh, la la ! avec Exchange Theatre où elle interprétait des textes de Virginie Despentes, c’est là qu’elle fait la connaissance de Sharlit avec qui elle monte Porn Virgins.

« J’ai adoré le spectacle de Sharlit, Folie à deux. C’est une fille pleine d’énergie avec qui j’apprécie de travailler. »

Se sentant à Londres comme à la maison, Maud garde un œil ouvert sur les productions du West End et les comédies musicales qui s’y jouent. Son souvenir le plus marquant de ses années londoniennes étant une représentation de Hair, dans un théâtre du West End où le public a fini sur scène avec les comédiens.

« J’avais acheté une place à £10 pour Hair. Je me suis retrouvée assise au balcon et à la fin du show, les comédiens ont invité sur scène le public avec des tickets pas chers pour chanter « Let the Sunshine » avec eux. J’ai trouvé cela extraordinaire. Un de mes plus beaux souvenirs… » 

se souvient la jeune femme qui voue une passion pour le monde des comédies musicales.

Que se soit sur les planches ou dans un bar de rock métal de Soho ou Camden, Maud a trouvé son équilibre à Londres. Une ville qu’elle appelle depuis 4 ans : Home, Sweet Home.

https://www.bealondoner.com

0 commentaires (ajouter le votre)

ajouter un commentaire:

Title:
Prénom:
email: ( Votre adresse ne sera pas affichée )
commentaires: