TransferWise-French-Britian--Static-Banners-728x90
Par anais | 2016-01-29 13:36:52 | 1219 vues | 0 Commentaire

Synergy résulte du duo artistique entre le photographe Lee Jeffries et le street-artiste Jef Aérosol. Cette exposition met en lumière les différents visages de la rue à travers des portraits poignants de sans-abris. Nous avons rencontré Jef Aérosol lors du vernissage au French Art Studio.

jef_&_lee.jpg

Crédit photo : Lionnel Belluteau

Lee Jeffries est anglais et Jef Aérosol français. Depuis un an, ils travaillent en duo sur l’exposition Synergy, qui combine photographie et l’art du pochoir. Ensemble, ils explorent et redonnent une identité à ses oubliés de la rue. Des œuvres aussi belles que profondes. Jef Aérosol, originaire de Nantes, est l’un des pionniers de l’art du pochoir. Un art qu’il pratique depuis plus de 35 ans. 

Comment en êtes-vous arrivé à travailler avec Lee Jeffries ?

« Lee consacre depuis longtemps son travail aux sans-abris. Il a voyagé partout et s’est fait connaître ainsi. En tant que pochoiriste, je m’inspire parfois de photos que je trouve et travaille à partir de celles-ci. Un jour je suis tombé sur l’un de ses portraits et je l’ai contacté en lui demandant son accord pour pouvoir l’utiliser. On s’est rencontré un peu plus tard sur Londres et c’est ainsi qu’est né le projet. »

jef_ok3.jpg

Ce n’est pas la première fois que Synergy s’expose dans une galerie. En effet, Londres est le deuxième volet de ce projet. La première exposition avait eu lieu à Paris, à la maison Mathgoth  et il se pourrait bien qu’elle continue son chemin vers des galeries dublinoises ou bruxelloises. 

« Synergy a été un vrai succès à Paris et comme notre duo à une double nationalité, j’ai trouvé ça logique de venir s’exposer à Londres. Mais les deux expositions sont différentes. Chaque fois que l’on change de galeries, il y aura de nouveaux portraits et de nouveaux pochoirs. Certains ici ont à peine deux mois. »

Justement, comment préparez-vous vos œuvres ?

« Le premier travail, c’est Lee qui le fait. Il prend ses portraits puis je les réinterprète. Nous avons chacun notre art et nos œuvres mais parfois on en crée ensemble : une moitié est photographique et est complétée par une partie peinture. Car c’est comme ça que fonctionne notre exposition. Il n’y a pas un mur Lee, un mur Jef. On mélange les deux, on passe d’un art à l’autre. »

jef_ok_2.jpg

Et la transition est très douce. Car bien que ce soit de la peinture, les pochoirs de Jef sont hyper réalistes. Le regard, les traits de la peau, la barbe ou les cheveux sont d’une précision incroyable. L’artiste joue aussi avec différents supports, depuis le métal jusqu’au bois en passant par le carton. Une autre façon de lier ses œuvres à la rue.

« Le métal, ça a cette notion de froid, de dureté comme les conditions de la rue. À l’inverse du carton, qui est plutôt rattaché à la chaleur, car c’est un isolent et c’est bien pour ça que les sans-abris l’utilise dehors. »    

Quant aux portraits de Lee, ils sont tous aussi incroyables, de par leur naturel et de l’émotion qu’ils transmettent. 

jef_ok_4.jpg

« L’idée de travailler sur les gens de la rue, c’est de les ramener à leur pure humanité. On ne met pas en scène leur misère, on ne voit pas leur carton à messages, ou leur couverture étendue dans la rue. Notre objectif n’est pas de jouer sur la sensiblerie mais de sublimer leur noblesse d’être humain, de leur redonner une identité. Car ces gens on les croise tous les jours et pourtant on fuit quasiment toujours leur regard. Ici on est obligé de le soutenir, de l’affronter. Et ce que l’on voit c’est le poids des années, des regards pénétrants et profonds. Les visiteurs nous disent que ces travaux sont beaux et pourtant, quand on les voit dans la rue au quotidien, on ne dirait jamais ça. »

jef_ok.jpg

C’est pourquoi 10% des bénéfices de chaque œuvre vendue reviendra à The Connection, une association caritative pour les sans-abris de Londres. 

Synergy est une exposition magnifique, de par la beauté de l’art utilisé mais surtout par son sujet et de la façon dont il est traité. À aller voir. 

Infos : Entrée libre. Du 28 janvier au 25 février au French Art Studio, 58 Gloucester Road, SW7 4QT. Ouvert du lundi au samedi de 9h30 à 18h30. Renseignements ici

Crédit photos : Anaïs Doulut pour Bealondoner.

A lire dans la même catégorie: Reportage

A lire les dernières publications


Ajouter un commentaire :

Title:
Nom / Prénom / Pseudo:
Email: Votre adresse email ne sera pas affichée
Commentaire: