TransferWise-French-Britian--Static-Banners-728x90
Par elise | 2014-04-29 14:37:49 | 3149 vues | 0 Commentaire

Après avoir beaucoup voyagé dans le cadre de ses études, c’est aujourd’hui pour le travail que Vincent est venu s’installer sur Londres. Si le choix d’implanter une filiale de leur entreprise dans la capitale britannique était plutôt du fait de son employeur, Vincent se réjouit désormais de cette opportunité. Le petit frenchie a très vite trouvé ses marques à Londres. Rencontre.

vincent_petits_nvx_a_londres.jpg

Crédits photo: Elise Dherbomez

Perdu à Londres ? Ce n’est certainement pas le cas de Vincent. Le jeune homme originaire de Nantes se sent déjà comme chez lui dans la capitale. Arrivé seul il y a un peu plus de six mois pour amorcer le lancement de la filiale britannique de Mister Bell, il sera bientôt à la tête d’une petite équipe de promoteurs de réseaux publicitaires mobiles. Un nouveau défit que le Français a hâte de relever.

« Quand j’ai rejoint la boîte pour mon stage de fin d’études de l’EDHEC en janvier 2013, Mister Bell comptait 18 employés. Nous sommes aujourd’hui 45 et venons d’ouvrir une filiale à Berlin, Sao Paulo et donc ici à Londres. J’ai été choisi pour venir à Londres pour ma maîtrise de l’anglais et mes bonnes relations avec les clients internationaux. Aujourd’hui Mister Bell a le vent en poupe et la filiale de Londres affiche de bons résultats. C’est canon de savoir que tu es lié au développement de ton entreprise. »

Vincent a les yeux qui pétillent lorsqu’il parle de son travail. Il faut dire que pour un premier job, le Français de 24 ans a décroché le gros lot. Mister Bell est une start-up de trois ans dont l’objectif premier est la promotion d’applications mobiles et tablettes. Vincent en est le Business Development Manager pour Londres. Ce globe trotteur invétéré avoue pourtant que s’il avait eu le choix de la destination, il serait parti au soleil, sur la côte ouest des Etats-Unis ou en Asie. Nevermind, il aime Londres, et la ville le lui rend bien.

« Ici tu ne t’ennuies pas du tout. J’ai rencontré du monde très facilement, des Français notamment qui y sont en grand nombre, mais pas que. La clé c’est de trouver tout de suite des colocs sympa qui vont vite t’intégrer, te présenter leurs amis et te faire découvrir les meilleurs endroits pour sortir. »

Là aussi, Vincent est bien tombé. Il vit entre Hyde Park et Regent Park avec un couple de Français, un Australien, un Anglais et un Canadien d’origine Ghanéenne. Vivre dans une grande colocation est pour Vincent le moyen indispensable pour ne pas se sentir trop seul dans cette grande ville. Son nouveau chez soi, c’est sur Gumtree que Vincent l’a déniché, après un premier cours séjour infructueux (ils étaient douze à vivre dans le même appartement) vers Bethnal Green.

« Comme j’habite entre ces deux parcs, je fais beaucoup de course à pied et du foot avec des amis. Pour aller au travail je n’ai que 20 minutes de métro et pour sortir tout est près aussi, que ce soit vers les boîtes branchées de Mayfair ou du côté des bars dansants de Shoreditch. Je vis la vie très active du londonien moderne. »

Il y a quelques semaines, la famille de Vincent est venue lui rendre visite, ce qui lui a permis « d’enfin visiter la ville comme il se doit ». Le Français peut donc nous dévoiler le top 3 de ses endroits préférés à Londres :

  • Regent's park, « pour sa grandeur, le calme et pour le sport ».
  • Borough Market, « pour ses produits frais, plats typiques et son atmosphère vivante de marché ».
  • Et le marché de Camden (anciennes écuries) « pour ses vieilles boutiques pleines d’histoires ».

Lui qui a déjà vécu à Paris, Lille, Edimbourg, en Caroline du Nord et désormais à Londres ne compte pas s’arrêter là. On espère simplement qu’il restera parmi nous le plus longtemps possible. Et puis c’est bien connu, un homme n’est fatigué de Londres que lorsqu’il est fatigué de la vie.

A lire dans la même catégorie: Portraits

A lire les dernières publications


Ajouter un commentaire :

Title:
Nom / Prénom / Pseudo:
Email: Votre adresse email ne sera pas affichée
Commentaire: