TransferWise-French-Britian--Static-Banners-728x90
Par anais | 2016-07-04 15:18:32 | 2140 vues | 0 Commentaire

C’est sur un coup de tête que Tanaïs décide de venir terminer ses études dans la capitale anglaise. Un gros choc pour cette Parisienne qui n’avait jamais quitté son cocon . Trois ans plus tard et une entreprise créée, elle nous raconte son remarquable parcours à Londres.

tanais.jpg

Tanaïs a 25 ans. Il y a trois ans, elle quittait Paris pour terminer son master en digital marketing. Pour notre petite interview, je la retrouve à The Collective, un co-espace de travail absolument magique, cosy et trendy, où se mêlent différentes start-up. 

« J’adore cet endroit, on s’y sent super bien. Il y a différentes start-up qui y travaillent et l’ambiance est vraiment top. C’est l’une des choses qui me plaît le plus ici, il y a beaucoup de petites entreprises qui se lancent, donc pleins de travail et d’opportunités qui s’offre à nous. »

Depuis un an et demi, Tanaïs travaille chez PropTech, une entreprise mêlant immobilier et technologie, en tant qu’aide marketing et gère une équipe de stagiaires.

« L’une des raisons pour lesquelles je suis venue ici, c’est que les entrepreneurs se concentrent sur tes aptitudes et non pas tes diplômes ou ton âge. Ici on se demande d’abord ce que tu peux apporter et ton salaire se fait en fonction de tes missions. J’ai commencé comme stagiaire et trois ans plus tard c’est moi qui gère ma petite équipe. »

Mais pour ça, elle ne cache pas qu’elle a dû travailler dur. 

« Je suis arrivée ici avec tout juste 1500 euros de côté. Mon départ était à peine préparé il me fallait donc un job pour payer mon loyer et mes études. J’ai commencé à Zara, qui est très bien lorsqu’on est étudiant car les horaires sont aménagés parfaitement pour qu’on puisse aller en cours. Sauf qu’on est sous-payé. Du coup je suis partie travailler à Nike Town et là, c’était vraiment cool. J’y ai rencontré plein de monde et l’ambiance était bien plus sympa qu’à Zara, qui rentre dans la catégorie usine, c’est épuisant. J’ai ensuite dû trouver un stage pour valider mon master et ici, et avec toutes les start-up ici, en deux-deux c’est fait ! Un mois plus tard, l’entreprise me proposé un CDI. L’avantage de travailler dans une start-up, c’est l’expérience que tu en tires : il y a beaucoup de travail et tu touches à tout. Le problème c’est que c’est moins stable. Après un an et demi là-bas, le patron a décidé de retourner en Chine et tout le monde s’est retrouvé sans job. C’est frustrant, car tu t’investis énormément et du jour au lendemain, plus rien. »

Elle passe ensuite chez Pi Labs, puis chez PropTech. En parallèle, elle lance en novembre dernier sa propre entreprise dans le digital design marketing. Concrètement, elle s’occupe de créer des sites pour des artistes, comme pour Raii and Whitney http://raiiwk.com/ , anciens choristes d’Alicia Keys, notamment.

« Tout ça, je m’en occupe pendant mes week-end avec mon équipe de freelances. Du coup j’ai rarement du temps pour moi et quand j’en ai : je dors ! Non, je sors beaucoup ou je rentre sur Paris, car je suis très famille. Quand je suis arrivée ici, ça a été compliqué, car tu te retrouves sans amis et sans famille. On n’y pense pas forcément en partant. Pour moi, ça a été un gros choc ! J’ai découvert la coloc, la vie chère, les transports hors de prix… Les six premiers j’étais toujours ricrac, mes amis m’avaient même surnommé « two pounds », car quand on sortait je n’avais toujours que deux pounds avec moi. Même pas de quoi prendre le métro, je n’ai jamais autant marché de ma vie ! Londres ce n’est pas facile et quand on vient sans rien préparer, il faut s’accrocher.»

Qu’est-ce qui te plaît dans cette ville ?

« Comme je l’ai dit tout à l’heure, le côté professionnel, où l’on se base sur tes compétences plutôt que sur ton diplôme. Si tu bosses dur, ça paie, contrairement à la France, pour le coup. J’aime l’ouverture d’esprit qu’on les gens même si le communautarisme est très fort ici, on t’accepte mais on ne s’intègre pas forcément entièrement. Malgré tout, ce mélange de culture donne des choses incroyables. J’adore le street-art, qui est très présent ici, comme à Brick Lane ou Shoreditch. J’aime le fait qu’on se sente en sécurité, même le soir. À Paris, ça n’a rien à voir. Ici tu peux prendre le bus de nuit sans craindre quoi que ce soit. »

Ses endroits préférés ? Shoreditch, pour le street-art et son ambiance, St Katharine Docks, un endroit paisibleet reculé vers Tower Bridge, avec plein de bateaux et Greenwich, pour son architecture magnifique et son parc immense.

Les mauvais points de Londres ?

« La cuisine. La qualité des produits proposés dans leurs magasins n’est pas bonne. Le sport féminin en club n’est pas très développé. En France je faisais du basket mais ici c’est compliqué à trouver si vous voulez en faire à un bon niveau. Le gros moins, c’est les prix évidement. Sinon, il y a aussi la drogue, qui est bien plus autorisé et apparente que chez nous. Ça m’a marqué quand je suis arrivée. Les anglais ont un sens de la fête complètement différent. »

Qu’est-ce que ça t’a apporté de vivre ici ?

« Une vraie confiance en moi, surtout professionnellement. Londres te forge un vrai caractère. J’ai aussi appris que la famille était importante. Je pense rentrer en France quand j’aurai pris toute l’expérience que l’on peut acquérir ici. Enfin, maintenant ça va dépendre du Brexit… Je suis triste de ce choix, je pense qu’il a eu beaucoup d’ignorance sur le sujet et que tous n’ont pas compris les enjeux. J’espère que la France va comprendre que ce n’est pas la solution de sortir. »

Quels sont tes plans pour les années à venir ?

« Me marier peut-être ? Non, d’abord je continue sur ma voie, mes missions et mon entreprise, mais je devrais penser à le mettre sur ma to-do list un jour ou l’autre. Une fois rentré, je monte mon entreprise et je ne repars pas. Depuis que je vis ici, je vois la richesse de notre pays, la sécurité aussi qu’il nous offre au quotidien. Mais pour le moment je construis mon profil entrepreneur car ce n’est pas quelque chose que l’on apprend à l’école et Londres est l’endroit parfait pour ça. »

A lire dans la même catégorie: Portraits

A lire les dernières publications


Ajouter un commentaire :

Title:
Nom / Prénom / Pseudo:
Email: Votre adresse email ne sera pas affichée
Commentaire: