TransferWise-French-Britian--Static-Banners-728x90
Par anais | 2016-05-13 13:42:56 | 2199 vues | 0 Commentaire

Venue à Londres pour améliorer son anglais, l’aventure londonienne de Pénélope touche bientôt à sa fin. À 20 ans, sa première expérience à l’étranger lui aura apporté bien plus qu’un bon anglais. Petit bilan.

penelope.jpg

Pénélope est originaire de Bretagne. Venant de finir son DUT technique de commercialisation, c’est dans l’optique de travailler à l’internationale qui lui a donné envie de partir à l’étranger. Alors pourquoi Londres ?

« J’étais déjà venue pour des vacances et j’avais adoré. C’est une ville hyper dynamique et cosmopolite. Il y a plein de choses à faire ici et c’est facile de voyager avec l’Ecosse, l’Irlande juste à côté. Et puis ça reste proche de la Bretagne. »

Début septembre, Pénélope traverse la Manche et s’installe dans le joli quartier de Fulham, où elle est fille au pair. Si ses débuts sont un peu compliqués à cause de la barrière de la langue, elle trouve rapidement ses marques dans sa nouvelle famille anglaise.

« Être fille au pair a plein d’avantages, on n’a pas de logement à chercher, on est nourrit et payé mais ce n’est pas toujours facile de s’intégrer dans une famille. Les premiers temps c’était un peu compliqué parce que je ne savais pas comment me faire comprendre et avec des enfants c’est pire, car ils cherchent un peu à te tester, voir comment tu réagis. Mais ça a passé et aujourd’hui tout se passe hyper bien. »

Qu’est-ce qui te plaît le plus à Londres ? 

« La façon de vivre, où les gens sont cool, ouvert d’esprit et ont la joie de vivre. Ils sont très respectueux, qu’importe ce que tu portes, comment tu es coiffé personne ne le remarque et t’accueillent toujours bien. Dans mon quartier par exemple, tout le monde se connaît, c’est une super ambiance. Ça m’arrive des fois de faire du babysitting pour d’autres familles que je croise quand j’emmène les garçons à l’école. C’est agréable d’y vivre. »

Pendant ses premiers mois, Pénélope prenait des cours d’anglais à l’université. Un bon moyen pour rencontrer du monde.

« C’est ma famille qui m’y avait inscrite. J’ai arrêté d’y aller en Décembre, car c’était assez cher et que je n’en sentais plus l’utilité. Mais je le recommande car c’était une super expérience. Tu rencontres pleins de gens facilement, ce qui fait du bien quand tu arrives dans une ville où tu ne connais personne. Aujourd’hui j’ai mon petit cercle d’amis français. Comme je ne parle qu’anglais toute la journée, le week-end c’est relax, j’ai besoin de m’exprimer sans devoir réfléchir à mes phrases ou de me concentrer pour comprendre ce qu’il se dit autour de moi. »

Pendant son temps libre, Pénélope aime faire du sport ou partir en ballade. Et pour elle, Fulham est probablement l’un des meilleurs endroits pour ça.

« Que ce soit dans ma famille ou dans le quartier en général, tout le monde mange très sainement, « healthy » comme ils disent. Quand tu sors, qu’importe le temps, il y a toujours des gens qui courent, qui font du sport. C’est motivant et ça aussi, ça fait du bien.  Et puis il y a pleins de choses à voir à Londres que je n’ai de toute façon jamais le temps de m’ennuyer. »

Les endroits qu’elle préfère ? Fulham, Notthing Hill pour leur joli cadre de vie et les bords de la Tamise pour ses rooftops incroyables. Et pour ses meilleures adresses, Pénélope nous recommande deux enseignes françaises : les restaurants Côte Brasserie et les boulangeries Pain Quotidien. Car comme beaucoup d’expatriés, la nourriture française est bien l’une des choses qui manque le plus.

Ce que tu n’aimes pas dans Londres ?

« La pollution. Je viens de Bretagne, avec son air marin et frais. En arrivant ici j’ai développé une allergie à la pollution assez dure. La mer s’est vraiment ce qui me manque le plus ici. Et puis la vie qui est hors de prix. »

Encore deux mois avant que Pénélope ne rentre en France.  Et début septembre, direction Bordeaux pour reprendre ses études de commerces. Qu’est-ce que ça t’a apporté ces dix mois à Londres ?

« D’être plus mature. C’était la première fois que je quittais la maison, c’était une coupure nette et ça m’a obligé à sortir de mon cocon. Partir vivre à l’étranger te fait murir rapidement. Ça m’a aussi appris à prendre du recul. Venir ici tout seul ça te forge le caractère. Et même si ça a pu être compliqué, c’est une bonne expérience. Ça m’a vraiment plu, mais aujourd’hui j’ai envie de voir de nouvelles choses. »

Pénélope est originaire de Bretagne. Venant de finir son DUT technique de commercialisation, c’est dans l’optique de travailler à l’internationale qui lui a donné envie de partir à l’étranger. Alors pourquoi Londres ?

 

« J’étais déjà venue pour des vacances et j’avais adoré. C’est une ville hyper dynamique et cosmopolite. Il y a plein de choses à faire ici et c’est facile de voyager avec l’Ecosse, l’Irlande juste à côté. Et puis ça reste proche de la Bretagne. »

 

Début septembre, Pénélope traverse la Manche et s’installe dans le joli quartier de Fulham, où elle est fille au pair. Si ses débuts sont un peu compliqués à cause de la barrière de la langue, elle trouve rapidement ses marques dans sa nouvelle famille anglaise.

 

« Être fille au pair a plein d’avantages, on n’a pas de logement à chercher, on est nourrit et payé mais ce n’est pas toujours facile de s’intégrer dans une famille. Les premiers temps c’était un peu compliqué parce que je ne savais pas comment me faire comprendre et avec des enfants c’est pire, car ils cherchent un peu à te tester, voir comment tu réagis. Mais ça a passé et aujourd’hui tout se passe hyper bien. »

 

Qu’est-ce qui te plaît le plus à Londres ?

 

« La façon de vivre, où les gens sont cool, ouvert d’esprit et ont la joie de vivre. Ils sont très respectueux, qu’importe ce que tu portes, comment tu es coiffé personne ne le remarque et t’accueillent toujours bien. Dans mon quartier par exemple, tout le monde se connaît, c’est une super ambiance. Ça m’arrive des fois de faire du babysitting pour d’autres familles que je croise quand j’emmène les garçons à l’école. C’est agréable d’y vivre. »

 

Pendant ses premiers mois, Pénélope prenait des cours d’anglais à l’université. Un bon moyen pour rencontrer du monde.

 

« C’est ma famille qui m’y avait inscrite. J’ai arrêté d’y aller en Décembre, car c’était assez cher et que je n’en sentais plus l’utilité. Mais je le recommande car c’était une super expérience. Tu rencontres pleins de gens facilement, ce qui fait du bien quand tu arrives dans une ville où tu ne connais personne. Aujourd’hui j’ai mon petit cercle d’amis français. Comme je ne parle qu’anglais toute la journée, le week-end c’est relax, j’ai besoin de m’exprimer sans devoir réfléchir à mes phrases ou de me concentrer pour comprendre ce qu’il se dit autour de moi. »

 

Pendant son temps libre, Pénélope aime faire du sport ou partir en ballade. Et pour elle, Fulham est probablement l’un des meilleurs endroits pour ça.

 

« Que ce soit dans ma famille ou dans le quartier en général, tout le monde mange très sainement, « healthy » comme ils disent. Quand tu sors, qu’importe le temps, il y a toujours des gens qui courent, qui font du sport. C’est motivant et ça aussi, ça fait du bien.  Et puis il y a pleins de choses à voir à Londres que je n’ai de toute façon jamais le temps de m’ennuyer. »

 

Les endroits qu’elle préfère ? Fulham, Notthing Hill pour leur joli cadre de vie et les bords de la Tamise pour ses rooftops incroyables. Et pour ses meilleures adresses, Pénélope nous recommande deux enseignes françaises : les restaurants Côte Brasserie et les boulangeries Pain Quotidien. Car comme beaucoup d’expatriés, la nourriture française est bien l’une des choses qui manque le plus.

 

Ce que tu n’aimes pas dans Londres ?

 

« La pollution. Je viens de Bretagne, avec son air marin et frais. En arrivant ici j’ai développé une allergie à la pollution assez dure. La mer s’est vraiment ce qui me manque le plus ici. Et puis la vie qui est hors de prix. »

 

Encore deux mois avant que Pénélope ne rentre en France.  Et début septembre, direction Bordeaux pour reprendre ses études de commerces. Qu’est-ce que ça t’a apporté ces dix mois à Londres ?

 

« D’être plus mature. C’était la première fois que je quittais la maison, c’était une coupure nette et ça m’a obligé à sortir de mon cocon. Partir vivre à l’étranger te fait murir rapidement. Ça m’a aussi appris à prendre du recul. Venir ici tout seul ça te forge le caractère. Et même si ça a pu être compliqué, c’est une bonne expérience. Ça m’a vraiment plu, mais aujourd’hui j’ai envie de voir de nouvelles choses. »

A lire dans la même catégorie: Portraits

A lire les dernières publications


Ajouter un commentaire :

Title:
Nom / Prénom / Pseudo:
Email: Votre adresse email ne sera pas affichée
Commentaire: