TransferWise-French-Britian--Static-Banners-728x90
Par anais | 2016-03-02 11:45:22 | 1744 vues | 0 Commentaire

Evann a 22 ans et est à Londres depuis un peu plus d’un an. Un grand saut pour ce jeune sudiste qui avait toujours vécu dans une petite ville près de Toulon. Nous avons rencontré cet amoureux des voyages pour qui Londres est une réussite. 

evann_ok.jpg

Venu à Londres pour améliorer son anglais, Evann avait bien failli rentrer après seulement un mois.

« Ca faisait bien six moi que je prévoyais mon départ. Comme après mon DUT réseaux de communications je n’ai pas trouvé de formation pour continuer, je me suis pris une année pour moi. Arrivé ici je me suis laissé trois semaines pour trouver un travail et un logement. Sauf qu’au bout d’un mois je n’avais toujours rien de concret. J’ai pensé à rentrer mais mes parents m’ont conseillé d’attendre encore quelques semaines, histoire d’être sûre. Et ils ont eu raison ! J’ai commencé à la Brasserie Zédel en tant que junior quelques jours plus tard. »

Aujourd’hui il travaille à Sexy Fish, dans le beau quartier de May Fair, et est depuis passé serveur. Pourquoi choisir Londres ?

« Je pensais d’abord à Brighton et puis finalement je voulais une grande ville. Ici en 30 minutes de bus tu vas partout et tu peux tout faire. Et comme j’adore partir à l’aventure…» 

Qu’est-ce qui t’a le plus marqué en arrivant ici ?

« Le mélange de culture. Tu rencontres des gens des quatre coins du monde, ça t’enrichit énormément. Mais que du coup ce n’était pas top pour l’anglais car ils arrivent comme nous avec leur accent et leurs défauts et si on ne fait pas attention on prend leurs habitudes. Et puis le fait qu’on te laisse ta chance dans le travail même sans expérience. »

Après plus d’un an, l’anglais n’est plus un problème, même s’il reconnaît qu’il faut bien six mois et de la volonté pour l’améliorer correctement.

« Quand on arrive ici, on se tourne toujours vers les français. Forcément on ne connaît personne, on ne parle pas bien la langue donc c’est plus simple pour se faire des amis. Et c’est une bonne idée ! On n’est pas trop dépaysé et ça nous permet de sortir. Seulement il ne faut pas y rester. Une fois que l’on a pris ses marques et que l’on se sent un peu plus confiant, il faut se pousser à parler et à éviter les groupes de français, sinon je vous assure qu’on ne progresse pas. »

Pour s’intégrer, Evann recommande les London pub crawl, des tournées de bars organisées dans différents quartiers qui permettent de rencontrer du monde autour d’un verre tout en visitant Londres. Et sans se ruiner. Lorsqu’il ne travaille pas, notre sudiste enfile ses baskets et part à la découverte des petites ruelles et autres coins sympa de la capitale, ou comme il le nomme : le Londres authentique. Il se lance aussi dans le développement d’un de ses passe-temps : modèle photo.

« C’est un monde compliqué la photo et en France je ne faisais que quelques shoot par-ci par-là. Ici, comme dans pas mal de secteurs, il y a plein d’opportunités. Il faut juste ne pas se décourager au premier refus, parce que vous allez en recevoir un certain nombre ! Pour le moment ça reste un passe-temps mais si j’ai la possibilité de le développer et d’en vivre, ça me plairait. Surtout si ça me permet de voyager. »

En effet, vivre entre deux avions serait l’un de ses rêves. La semaine prochaine, il embarque tout seul en direction de Cuba pour deux semaines en backpacking, sans rien réserver à part son vol. Une aventure inédite, lui qui a l’habitude de tout planifier et que nous pourrons suivre ici. Et il en prévoirait déjà d’autres au Royaume-Uni, en Asie, en Europe… 

Des choses négatives à Londres ?

« La baguette me manque ! Non plus sérieusement, la tranquillité. Ici c’est une vie qui va à cent à l’heure et les semaines de travail sont rudes. Mais on s’y fait. Etre serveur ici peut être un peu dur, la hiérarchie est importante et dans les beaux quartiers les clients sont parfois horribles, c’est pourquoi pas mal de gens rentrent et c’est dommage. Londres nous offre beaucoup d’opportunités, si ton boulot ne te convient pas, trouves-en un autre mais ne lâche pas. »

Pour la suite, notre globe-trotteur en herbe pense rentrer un juillet pour continuer ses études en marketing ou en commerce ou rester ici s’il trouve un travail plus proche de son domaine. Et pourquoi pas même tenter un autre pays.

Un conseil pour nos français qui souhaiteraient venir ici ?

« Se mettre sur le groupe Le Cercle des Français à Londres sur Facebook. Il y a plein de bons conseils, des offres de logements et de travail, il faut simplement y faire le tri. Ne pas abandonner au premier refus et ne pas hésiter à demander des conseils à droite à gauche. Et enfin se laisser porter par la vie londonienne, sa culture et s’éclater. Londres est une ville magnifique, c’est une expérience à vivre, aussi bien humainement que culturellement. »

A lire dans la même catégorie: Portraits

A lire les dernières publications


Ajouter un commentaire :

Title:
Nom / Prénom / Pseudo:
Email: Votre adresse email ne sera pas affichée
Commentaire: