TransferWise-French-Britian--Static-Banners-728x90
Par nadege | 2013-08-27 16:36:34 | 6789 vues | 0 Commentaire

Comme son nom ne l’indique pas, Christine and The Queens est le projet solo d’une jeune nantaise, Héloïse Letissier. Elle vient de sortir un nouveau EP chez Because Music, "Nuit 17 à 52" qui prodigue sa Freak Pop, en anglais et en français. Elle sera sur la scène du Village Underground, jeudi 24 octobre avec d’autres frenchies de la scène Pop, comme Lescop et Tomorrow’s World, dans le cadre du festival musical de la rentrée, Oolala ! Rencontre.

christine2_©héloïseletissier_300dpi.jpg

Credit Photo: Heloise Letissier

D’où vient ton nom de scène? On a entendu dire qu’il y avait un rapport avec Londres…

La rumeur dit vrai. Christine and the Queens est un projet qui est entièrement né à Londres, en 2010, lorsque je sortais beaucoup dans des clubs de la capitale après avoir arrêté mes études de théâtre. J'y ai rencontré des drags queens qui, au lieu de faire des numéros de playback comme beaucoup d'entre elles, jouaient des instruments sur scène. Elles ne sont jamais venues m'accompagner en tournée, mais ce sont elles qui m'ont poussées à me créer mon propre personnage de scène - Christine - et inspirée pour ce projet qui mélange tout ce que j'aime faire (vidéo, danse, musique...).

Tu décris souvent des les interviews ton style musical, comme freak pop. Peux-tu nous en dire quelques mots.

J'insiste beaucoup sur le terme Pop, même s'il est extrêmement large, parce que je m'efforce de faire une musique accessible, relativement efficace, qu'on puisse retenir et fredonner. Et je parle de Freak parce que je ne renonce pas pour autant à quelques bizarreries, parce que je ne souhaite pas m'enfermer dans un genre ou une langue précise. Je veux rester entièrement libre d'expérimenter si j'en ai l'envie.

Tu seras sur la scène du Village Underground, dans le cadre du festival Ohlala ! Jouer Live et qui plus est à Londres, est-ce important pour toi ?

C'est à la fois important par rapport aux influences que j'ai (j'écris en anglais, j'écoute énormément de musique qui vient d'Angleterre, y compris la nouvelle scène de Londres avec Twigs par exemple) et par rapport à l'histoire du projet, qui est tout de même né dans cette ville, grâce à son énergie excentrique. Je dois beaucoup à Londres, et j'ai hâte de rencontrer le public là-bas, comme à chaque fois que l'on emporte sa musique hors de France...C'est toujours formateur de jouer en territoire étranger, et ça va être à coup sûr émouvant de revenir là-bas.

Tu es originaire de Nantes. Aimerais-tu vivre à Londres ? Ou y as-tu déjà vécu ?

Je n'y ai jamais vécu franchement longtemps, mais je suis restée à Londres par petites parenthèses d'un mois ou moins, car j'y ai des amis. C'est une ville qui me correspond vraiment - tu peux sentir cela confusément quand tu arrives dans un endroit. J'adorerais y vivre un jour, mais il faut en avoir les moyens…

Sur scène, tu aimes faire le show, danser, discuter et rire avec les gens, est-ce qu'il t’arrive d'appréhender le fait de jouer devant un public nouveau, et britannique de surcroit ?

Je vais être honnête : s'il m'arrive d'être parfois stressée par un tournage de clip, ou une émission télé, quand je pose le pied sur scène, je ne suis jamais vraiment angoissée. Défendre mes chansons sur scène est une des choses que je préfère faire ; je viens du théâtre, donc l'adrénaline du moment présent et l'échange avec le public est quelque chose dont je me passe difficilement.

C'est d'ailleurs quand je fais peu de concerts que je me sens rouillée, ou malheureuse. Et plus la situation semble compliquée (public étranger, petite scène, conditions un peu éprouvantes) plus je vois le concert comme un beau défi à relever ; ça me plaît peut-être même encore plus. Christine a un petit côté kamikaze.

Si tu devais décrire ton dernier EP "Nuit 17 à 52" chez Because Music, en trois mots ?

Insomnie - voguing - mélancolie

Quelles sont tes principales sources d’inspiration musicales et scéniques ?

J'en ai beaucoup, qui peuvent venir de la musique comme de l'art plus contemporain. Tout est susceptible de me nourrir, surtout maintenant qu'on peut se promener sans fin sur internet et ses curiosités.

En musique il y a les idoles, Michael Jackson, Lou Reed, David Bowie, Malcom McLaren, Christophe (tiens, que des hommes !), Laurie Anderson...

J'adore aussi des performers comme Andy Kaufman pour réfléchir à mes concerts, des chorégraphes comme Pina Bausch, des metteurs en scène comme Pippo Delbono...

Il y a-t-il un artiste en particulier avec qui tu aimerais travailler ou collaborer ?

Sans doute parce que c'est le plus charismatique que je connaisse, et qu'il a une œuvre éblouissante derrière lui, je dirais Nick Cave.

Si tu pouvais exaucer trois de tes vœux pour le futur. Quels seraient-ils ?

Pouvoir me changer en n'importe quoi à n'importe quel moment, terminer un beau premier album qui soit audacieux et accessible, jouer pour des Stades avec mes danseurs.

Propos recueillis par Nadège Alezine.

Infos : Concert de Christine and the Queens, jeudi 24 octobre 2013 au Village Underground. Retrouvez toutes les infos sur ce concert sur notre agenda de Londres. 

A lire dans la même catégorie: Interview

A lire les dernières publications


Ajouter un commentaire :

Title:
Nom / Prénom / Pseudo:
Email: Votre adresse email ne sera pas affichée
Commentaire: