TransferWise-French-Britian--Static-Banners-728x90
Par anais | 2016-01-19 14:16:36 | 3935 vues | 0 Commentaire

Connu pour son rôle du Roi Arthur dans Kaamelot, Alexandre Astier revêt aujourd’hui son costume trois pièces de conférencier pour « régler la question de la vie extraterrestre. » Le 2 février, il montera sur les planches londoniennes pour y jouer son dernier spectacle, L’Éxoconférence. Entretien.

exoceonference_alexandre_astier_londres.jpg

« Éxoconférence » c’est quoi et qu’est-ce que ça signifie ?

L’Éxoconférence c’est un mot qui n’existe pas, qui est fabriqué. Le pré-fixe « éxo » veut dire « à l’extérieur », comme dans exosquelette, exoplanète ou exo. Ici ça concerne ce qui est en dehors de notre planète, donc  une conférence qui aborde la vie extraterrestre. 

Pourquoi aborder ce sujet-là et pourquoi dans one man show ? 

La première chose c’est que j’écris des sujets qui m’intéressent sinon je ne le ferai pas. C’est plutôt chiant d’écrire en général alors si en plus c’est sur quelque chose qui ne nous intéressent pas, c’est terrible. Ensuite, cette étude m’a permis de rencontrer beaucoup de gens, des scientifique, des physiciens, des astrophysiciens, des exobiologistes, le directeur du GEIPAN.  C’est aussi ça qui m’a donné envie d’écrire : la perspective de travailler avec des gens formidables. Après, one man show ce n’est pas trop ma culture, effectivement je suis tout seul dedans, mais c’est une pièce de théâtre, un spectacle tout simplement. 

Ces scientifiques justement, comment ont-ils réagi à votre envie de faire un spectacle grand public sur la science ?

Très bien. Magnifiquement bien. Miraculeusement bien même ! Ce sont des gens qui ne sont pas tant sollicités que ça et qui s’en sont trouvés heureux que quelqu’un viennent les voir en disant « je vais faire un spectacle sur ce sujet-là et je voudrais dire le moins de conneries possible ». Non seulement ça les prend en compte mais ça prend aussi en compte leur travail gigantesque. Ce sont des gens qui sont très pointus mais qui ne sont pas public, on ne les écoute pas vraiment en dehors de la sphère scientifique. La vulgarisation est un sujet assez compliquée pour eux car c’est tellement pointu que c’est difficile d’expliquer ça à un néophyte en 30 min. Et puis ce ne sont pas des gens de spectacles, le contact avec le public, c’est mon métier. Un spectacle comme celui-là ne peut exister qu’avec un petit mariage secret entre ce qu’ils savent magnifiquement bien faire et ce que je sais bricoler. On s’organise pour dire des choses vraies, vérifiables et vérifiées et en même temps je ne viens pas expliquer des choses au public, c’est un spectacle, je suis là pour séduire les gens. Alors oui dans l’Exoconférence on apprend quand même des trucs mais si je veux dire quelque chose de faux je peux aussi !  

Combien de temps avez-vous passé à écrire ce spectacle ?

De manière générale, j’étudie longtemps mais j’écris très vite. Je m’intéresse à ces sujets depuis que je suis tout petit donc forcément j’en connais un peu plus que Monsieur ou Madame tout-le-monde. Je suis du genre à lire Science et vie dans le train, j’ai l’oreille attentive à ces choses-là depuis toujours donc je ne pars pas totalement de zéro. En fait l’étude est la partie qui me passionne le plus, du coup je prolonge le moment au maximum et puis un jour, les dates se rapprochant, faut que je ponde le truc pour prendre la décision de ce que je vais raconter aux gens. Mais je me sers beaucoup de ma position de néophyte et je me laisse porter par ce qui me fascine moi-même. Si ça me fascine moi, ça doit bien pouvoir fasciner d’autres personnes pour peu que j’arrive à le transmettre. 

Dans ce spectacle vous jouez un conférencier très « à l’américaine, je vous en mets plein les yeux », pourquoi ?

Ca va avec l’évènementiel de certaines théories qui habitent tout ce monde de la civilisation extraterrestres en visite sur terre, une civilisation technologique voir même humanoïde, tout ça c’est déjà du spectacle. Donc plutôt qu’un conférencier avec tableaux à craies et un nœud papillon on va en prendre un qui va essayer d’en mettre plein la vue, parce que ce spectacle c‘est aussi dire qu’il ne faut pas se contenter de l’enrobage qu’on nous présente. Du coup j’en ai fait un conférencier parfaitement sûr de lui, chose que je tiens un peu de François Rollin, qui m’a appris à faire le mec hyper confiant même quand il dit une énorme connerie. Et c’est un personnage que j’aime faire. 

Quels autres personnages peut-on rencontrer à l’Éxoconférence et comment les avez-vous imaginé?

Il y a un citoyen de Canope qui va voir Ptolémée, un américain qui débarque sur une base russe pour y voir un homologue, on a un ecclésiastique, car évidemment la part de Dieu et de la religion sur ce qui vient d’ailleurs à une place tout de même importante. J’ai aussi un rédacteur en chef d’un journal qui pourrait être celui où Superman travaillait à la grande époque. Et il en manque encore. Je ne sais pas toujours ce que je fais pour les imaginer, le principal c’est qu’on puisse aborder plusieurs points de vue sur la même question.

C’est la première fois que vous montez sur la scène Londonienne, qu’est-ce qu’on ressent ?

Je ne sais pas trop, c’est très curieux. J’aurais voulu être anglais donc j’imagine que ça va suffisamment m’en donner l’illusion. Je suis déjà venu à Londres pour rencontrer Christopher Vogler qui travaille sur la structure des histoires et des films mais j’étais étudiant. Cette fois je viens pour travailler mais je ne saurais pas dire si ça m’intimide  ou non, car je ne sais pas trop qui sont les français à Londres, du coup je ne sais pas si je vais y retrouver une atmosphère que je connais, comme ici, ou si ça va être particulier. Mystère.

Votre première partie est assurée par Bruce Benamran, youtubeur connu sous le nom « E-penser ». Pourquoi faire une première partie ?

C’est une question qui se pose pour les spectacles qui dépassent généralement les salles de 2000 personnes. On hésite, est-ce qu’on fait quelque chose en rapport avec le spectacle, ou plutôt des musiciens, ou un petit jeune qui se lance ? J’ai préféré que cette première partie serve à ouvrir les oreilles, à préparer le public pour un spectacle qui n’est pas un stand-up classique. Ils vont quand même recevoir un dossier un peu épais. Bruce est quelqu’un qui sait admirablement faire de la vulgarisation et sans que ça se ressemble, il y a une affiliation entre nous deux qui propose au public quelque chose de cohérent. Et ça me plaît bien. 

Avez-vous déjà de nouveaux projets en route, que ce soit pour la scène ou sur les écrans ?

J’en ai pleins ! Il y a le premier long métrage de Kaamelot, une série sur les immigrés Italiens que j’écris pour Canal, peut-être un  Astérix 2. Pour la scène je n’ai rien en tête pour le moment, comme je vais avoir une grande période de tournage. Je ne sais pas encore qu’est-ce qui va arriver en premier mais ça a de grande chance d’être le nouveau Kaamelot.

Justement, en France nous avons Kaamelot, ici ils ont les Monty Python. Est-ce que c’est une source d’inspiration pour vous ?

Oui, c’est une source d’inspiration générale, leur façon de faire passer la comédie, voir même la comédie absurde, de manière très sérieuse, une école anglaise finalement. Je pense que les français devraient écouter les anglais beaucoup plus souvent que ça. Il faut qu’on arrête de penser qu’il y a un humour français, il y a un humour anglais, qui sont bien plus à-même de nous rappeler ce qu’il y a d’important c’est-à-dire le jeu, la langue et de faire ce qu’on fait sérieusement, même si c’est une connerie. Surtout si c’est une connerie.

Entre science, astronomie et ovni, tous les sujets et fantasmes contemporains à propos des extraterrestres passent entre les mains du comédien, filtrés par son humour toujours aussi décapant. Vous en mettre plein les yeux, vous cultiver tout en vous faisant rire, voilà le talent d’Alexandre Astier. Rendez-vous le 2 février !

Infos : L’Éxoconférence, le mardi 2 février à 20h au London Palladium, Argyll Street, W1F 7TF. Tickets à partir de £29. Réservations ici 

A lire dans la même catégorie: Interview

A lire les dernières publications


Ajouter un commentaire :

Title:
Nom / Prénom / Pseudo:
Email: Votre adresse email ne sera pas affichée
Commentaire: