TransferWise-French-Britian--Static-Banners-728x90
Par nadege | 2013-10-14 15:51:04 | 2127 vues | 0 Commentaire

Du 9 au 20 octobre, Londres déroule le tapis rouge aux plus grandes stars du cinéma international. Bealondoner.com en a rencontré quelques unes. Instantanés du festival avec Cédric Klapisch, Richard Ayoade et Jesse Eisenberg.

57eme_bfi_london_film_festival_1.jpg

Samedi matin, un ciel radieux sur Londres rappelle que l’été était la, il y a encore quelques jours encore. Sur Leicester Square, Cédric Klapisch est venu présenter Casse Tête Chinois, dernier volet de sa trilogie cinématographique, narrant les aventures de Xavier (Romain Duris) du passage de l’adolescence, L’Auberge Espagnole, a l’apprentissage de la vie adulte avec les Poupées Russes, il divorce et a 40 ans, s’installe a New York.

Casse tête Chinois                                      

Dans ce nouveau volet, qui serait le dernier d’après Klapisch, on retrouve Xavier avec Wendy, Isabelle et Martine quinze ans après l’Auberge Espagnole et dix ans après les Poupées Russes. Tout paraissait si simple alors mais la vie de Xavier ne cessera de prendre des détours inattendus entre Paris et New-York. Il cherche son chemin dans ce joyeux bordel pour trouver sa place en tant qu’homme et aussi en tant que père. Et qui sait, peut-être est-ce justement la folie de New-York qui permettra à Xavier de résoudre, enfin, le véritable casse-tête chinois qu’est sa vie !

57eme_bfi_london_film_festival_klapisch_.jpg

Déjà sorti en France, Casse Tête Chinois a été projette à Londres dans le cadre du festival et a fait salle comble. Il est fort à parier que les expats français y sont pour quelque chose…

« Casse Tête Chinois se passe 10 ans après les Poupées Russes. Xavier vient d’avoir 40 ans, il a deux enfants et après avoir vécu une histoire d’amour très forte, il se sépare. C’est l’histoire de mes personnages à 40 ans qui essayent de remettre de l’ordre dans leur vie. » raconte le réalisateur, qui avoue prendre plaisir à retravailler avec les mêmes acteurs, Audrey Tautou, Cécile de France ou encore Romain Duris.

D’ailleurs, on se demande bien si Duris ne serait-pas en quelques sortes, le Jean-Pierre Leaud de Klapisch ?

« Oui, on peut le dire mais je ne suis pas François Truffaut et il (Duris) n’est pas Jean-Pierre Léaud mais il est difficile de cacher qu’on aime travailler ensemble. Truffaut disait que Léaud était son alter ego et pour Romain et moi, on a plutôt créé quelque chose de particulier, avec un peu de lui et un peu de moi. »

La trilogie des aventures de Xavier se déroule entre Barcelone, Paris, Londres, St Petersburg et New York, vos films sont-ils un témoignage de la vie des français expatriés ?

« J’ai fait mes études de cinéma à New York dans les années 90, et c’est vrai qu’à l’époque, on était pas beaucoup à aller étudier à l’étranger. Quand j’ai sorti L’Auberge Espagnole, je n’étais pas sure que les gens connaissent Erasmus, le programme d’échange international pour les étudiants. Mais je dois avouer que depuis quelques années, il est devenu plus facile de voyager et du coup, de vivre en dehors de la France. C’est vraiment visible ici, à Londres, avec l’arrivée de l’eurostar, qui a rapproché la France de l’Angleterre… »

The Double

Le soir venu sur Leicester Square, le tapis rouge attend le cast de The Double, le second film de Richard Ayoade avec Jesse Eisenberg. Cette adaptation du roman de Dostoïevski, raconte l’histoire de Simon qui se voit confronter à son doppenganger dans un monde kafkaïen.

Michael Caine, producteur exécutif est aussi attendu sur le tapis rouge, pour soutenir le film mais malheureusement l’acteur britannique ne répondra pas aux questions de journalistes, ce soir-là.

57_eme_bfi_lff_richard_ayoade.jpg

Richard Aoyade, après son premier film Submarine, présente son second film en compétition officielle. On lui a demandé quels films l’ont inspiré pour réaliser The Double ?

« Je ne sais pas vraiment…J’ai voulu créer une atmosphère assez impersonnelle, anonyme pour ce film. Les films qui m’ont le plus inspires sont surement Le Silence d’Ingmar Bergman ou encore plutôt PlayTime de Jacques Tati. »

Autre clin d’œil à la France inattendu sans ce film plein de gadgets où certains reconnaitront le Minitel dans certaines scènes du film, on en attendait pas moins de la part du présentateur de Gadget Man sur Channel Four !

Jesse Eisenberg, l’interprète de l’inventeur de Facebook dans The Social Network, campe ici deux personnages, Simon et James, son double maléfique. On lui a demandé lequel des deux personnages, il a préféré jouer.

« Ce sont deux personnages très différents même si ils sont totalement identiques physiquement. James est timide, réservé et renfermé, personne ne le remarque, il est quasiment invisible et Simon, son double, est sûr de lui et tout le monde l’adore. C’est assez amusant de jouer Simon, car il est populaire mais James est plus introverti et il a plus touche ma corde sensible, pour ainsi dire. »

Repartis sous les flashes des photographes et des badauds, l’équipe du film a regagné l’enceinte de l’Odéon West End. The Double est surement un des films les plus attendus lors de la remise des prix du festival, qui se déroulera samedi 19 octobre.

A lire dans la même catégorie: Reportage

A lire les dernières publications


Ajouter un commentaire :

Title:
Nom / Prénom / Pseudo:
Email: Votre adresse email ne sera pas affichée
Commentaire: