TransferWise-French-Britian--Static-Banners-728x90
Par nadege | 2016-07-13 13:24:17 | 1683 vues | 0 Commentaire

Tate Modern présente une rétrospective de l’œuvre de la peintre américaine Georgia O’Keefe. A voir jusqu’au 30 octobre.

georgia_o_keef_londres_tate_modern_retrospective.jpg

« Les hommes ont toujours aimé me rabaisser en disant que je suis la meilleure des peintres féminines mais je pense que je suis juste la meilleure des peintres. » disait Georgia O’Keefe à son sujet. 

Figure du mouvement moderniste américain,  Georgia O’Keefe (1887-1986) est une icône de la culture américaine, Jimson Weed/White Flower numéro 1, sa toile représentant une fleur fut vendue pour plus de 4 millions d’euros, atteignant ainsi un record pour une œuvre peinte par une artiste féminine. 

Avec la nomination d’une femme, Frances Morris à la tête de la Tate Modern début 2016, les artistes féminines sont un peu plus mises à l’honneur à travers cette rétrospective mais aussi l’ouverture d’une pièce dédiée à Louise Bourgeois, dans la nouvelle extension du musée. 

Connue pour ses peintures de fleurs, vues parfois comme une évocation du sexe féminin, Georgia O’Keefe fut une des pionnières du XXème siècle en matière d’art, elle a su dépeindre aussi bien les paysages urbains, comme la skyline newyorkaise, que les paysages américains, comme ceux du Nouveau Mexique où elle finit sa vie âgée de plus de 90 ans. 

Elevée dans les vertes prairies du Wisconsin, O’Keefe élit résidence dans les années 40 au Nouveau Mexique et notamment à Abiquiu. Depuis 1997, un musée lui est consacré et a été inauguré à Santa Fé. Le Nouveau Mexique et ses terres arides mais aussi la culture indienne furent une source intarissable d’inspiration pour l’artiste, comme on peut le constater avec ses toiles dépeignant des Kachinas amérindiennes que l’on peut admirer dans cette exposition.

georgia_o_keefe_lanscape.jpg

O’Keefe a peint près de 900 tableaux lors de sa carrière et c’est une centaine d’entre eux, parmi quelques uns de ses plus fameux, que Tate Modern présente au public lors de cette rétrospective. En 13 salles, on suit l’évolution du style d’O’Keefe, de ses débuts au sein de la galerie avant-gardiste newyorkaise 291 dont cette exposition marque le centenaire, en passant par ses œuvres plus abstraites, ses paysages urbains et son arrivée au Nouveau Mexique, avec ses représentations de fleurs, paysages désertiques et sa série sur les squelettes d’animaux. 

Mariée avec le photographe et galeriste du 291, Alfred Stieglitz, elle devient aussi sa muse et le sujet de ses plus beaux portraits photographiques. Une pièce entière est consacrée à son cercle intime et notamment aux photographies de Stieglitz la représentant nue ou encore posant dans le désert du Nouveau Mexique qu’elle affectionnait tant. 

Artiste complexe et prolixe, Georgia O’Keefe a laissé une empreinte indélébile dans le monde de l’art et a notamment inspiré des générations d’artistes féminines dont Yayoi Kusama qui avoue qu’une lettre d’O’Keefe lui a donné le courage de quitter le Japon pour les Etats Unis et devenir l’artiste de renom que l’on connait aujourd’hui.

Infos : Georgia O’Keefe jusqu’au 30 octobre 2016 à la Tate Modern. Tickets : £19. Réservations ici. 

A lire dans la même catégorie: Culture

A lire les dernières publications


Ajouter un commentaire :

Title:
Nom / Prénom / Pseudo:
Email: Votre adresse email ne sera pas affichée
Commentaire: