TransferWise-French-Britian--Static-Banners-728x90
Par nadege | 2015-07-14 12:41:29 | 2100 vues | 0 Commentaire

Mardi 25 août, François and The Atlas Mountain est invité sur la scène du SouthBank Centre pour le Meltdown de David Byrne. Entretien avec François Marry, leader du groupe, qui vient de sortir L’homme tranquille, un disque melting-pot enregistré en Afrique avec des musiciens du cru.

francois_atlas_2014_photo_credit_-_richard_dumas_-.jpg

Credit Photo: Richard Dumas.

Vous allez jouer au Meltdown, dirigé par David Byrne, cette année. Que cela signifie pour vous d’être invité par cet artiste ? Etes-vous fan des Talking Heads ou du travail de Byrne en général.

Je suis entièrement admiratif du discours et du parcours artistique de David Byrne, tant au sein de Talking Heads qu'en duo avec Brian Eno, ou bien même en solo. J'avais d'ailleurs fait son éloge dans par une série de dessins sur le blog des Inrocks.

Il est resté pertinent en vieillissant,  continue d'expérimenter et de prendre des risques artistiques malgré sa carrure. L'inventivité le pousse à rester actif alors qu'il pourrait se contenter d'une retraite pépère.

De ce point de vue là il s'agirait même pour moi d'une sorte de modèle.En outre son livre "How Music Works" est une référence, c'est un ouvrage truffé de recommandations à quiconque souhaite faire carrière dans le monde de la Musique.

Vous chantez en français et pourtant, vous rencontrez un réel succès en Angleterre. Pensez-vous que vous ouvrez la voix pour les chanteurs francophones en Angleterre ?

Je n'en sais vraiment rien. Cela tient du fait que j'ai vécu 7 ans en Grande-Bretagne et donc j'ai peut-être un ressenti légèrement british vis-à-vis de la posture (et de l'imposture française) musicale.

Vous avez signé sur Domino, un label britannique. François and The Atlas Mountain était-il un projet impossible à signer sur un label français ?

C'était un peu trop expérimental et pas assez caricatural pour signer sur une major française. Il y a de bons labels indé en France (notamment Talitres à Bordeaux qui a sorti Plaine Inondable), mais d'une manière générale, le public français aime que les groupes ressemblent plus à des personnages qu'à des personnes sensibles.

Sur Votre dernier disque, Piano Ombre, est sorti en 2012. Que s’est-il passé pour vous depuis la sortie de votre premier album, E Volvo Love ?

Beaucoup, beaucoup, beaucoup  de concerts, des sessions radio et tv, Les Victoires de La Musique, une tournée en Afrique, une tournée au Moyen Orient, des problèmes de dos, des vies personnelles en perpétuels mouvements, des plannings chaotiques, des jams et des soirées à danser sur de la musique toujours aussi envoutantes qu'aux débuts.

Vous avez beaucoup été en tournée avec François and The Atlas Mountain. Quel est votre meilleur souvenir de concert ?

Sûrement notre concert au Caire en Juin dernier. Un concert en plein air devant la jeunesse révolutionnaire très bouillonnante et avide de chahuts musicaux.

Sur scène, vous mettez en place des chorégraphies. Avez-vous préparé quelque chose de spécial pour le concert du Meltdown ?

Le concert à Meltdown sera vraiment très spécial car nous seront accompagnés par deux musiciens Burkinabé, au ngoni et au Balaphon, pour présenter notre nouvel Ep L'Homme Tranquille (le site retraçant notre rencontre ici

Vous figurez sur le dernier album d’Etienne Daho, le duo "Les Lueurs Matinales". C’est une forme de reconnaissance ? Comment s’est passée la rencontre ?

Nous nous sommes rencontré à Cargo, à Londres. Il est venu nous voir jouer. On a discuté après. On s'est retrouvé. On s'est promené. Et au bout d'un moment on a eu besoin de chanter quelque chose ensemble. Comme David Byrne  Etienne est un artiste remarquable en ce sens qu'il ne lâche pas la bride malgré le succès et les années de carrière.

Avez-vous d’autres artistes avec qui vois aimeriez collaborer ?

David Hockney, Le Colisée, Christian Bobin, Philip Glass, James Thiéré, Michel Gondry, Romeo Castelucci, Pierre Bastien, Cabanes et This Is The Kit... et aussi Laurent Gerbaut, un chocolatier de Bruxelles.

Vous avez vécu à Bristol. Etait-ce important pour vous et votre univers musical d’avoir vécu la vie d’expat ?

Ah oui bien évidement! Tout a démarré pour moi à Bristol. Je rêvais de la scène underground de Bristol avant d'y déménager en 2003 et je me la suis prise en plein cœur en arrivant. Crescent, Movietone, Morningstar, le Cube Cinema... c'est grâce à Bristol que j'ai fait mes premiers concerts, monté mon premier groupe et vendu mes premiers enregistrements auto-produits. Bristol me manque énormément.

Comment voyez-vous le futur de François and The Atlas Mountain ? Des projets en cours ?

Oui beaucoup de choses à venir: personnellement je vais faire la musique d'un duo avec une danseuse. On prépare aussi des montages sonores mélangeant musiques des Montagnes l'Atlas et du Sud-Ouest de la France pour une Sieste Electronique au Quai Branly à Paris. Et je commence à avoir pas mal de nouvelles chansons à mettre sur pied, je vais essayer de chauffer mes Atlas Mountains pour voir si ça leur plairaient de jouer ces nouvelles compos.

Infos : Meltdown de David Byrne du 17 au 30 août. Concert de François and the Atlas Mountain, le mardi 25 août au SouthBank Centre. Tickets £15. Réservations ici.

Propos recueillis par Nadège Alezine.

A lire dans la même catégorie: Interview

A lire les dernières publications


Ajouter un commentaire :

Title:
Nom / Prénom / Pseudo:
Email: Votre adresse email ne sera pas affichée
Commentaire: