TransferWise-French-Britian--Static-Banners-728x90
Par nadege | 2014-01-14 16:48:36 | 4936 vues | 0 Commentaire

La comédienne française, Alexandra Lamy a choisi de s’installer, elle aussi à Londres, avec sa fille. Loin du tumulte médiatique qu’a pu causer sa récente séparation avec Jean Dujardin, la jeune femme prend ses marques dans la capitale britannique et jouit d’une actualité riche en évènements : avec deux films en salle et une pièce de théâtre, qui se jouera à l’institut français en février 2014. Rencontre.

alexandra_lamy_a_londres.jpg

C’est sous un beau soleil de janvier que la rédaction de bealondoner.com a rencontré Alexandra Lamy, dans un restaurant d’Angel. Au menu, burgers et coca-cola pour parler de la carrière de la comédienne mais aussi de sa récente installation à Londres, avec sa fille Chloé.

Avec des projets en pagaille, Alexandra Lamy commence bien 2014. Au cinéma, elle est présente à l’affiche de deux films dans les salles. « Jamais le Premier soir » de Mélissa Drigeard, qui vient de sortir en France avec qui elle partage l’affiche avec Mélanie Doutey et Julie Ferrier.

« C’est le premier film de Melissa Drigeard, aussi comédienne. C’est une comédie qui fait vraiment rire, pas seulement sourire. Je joue le rôle de Julie qui est déprimée après s’être faite plaquer par coursier…avec le soutient de ses copines, elle essaie de s’en sortir et elle se retrouve alors dans une librairie au rayon Epanouissement Personnel... C’est assez rare de trouver des films qui parlent de l’amitié féminine de cette manière, avec autant d’humour ! »

Surtout connue pour son rôle dans la sitcom « Un Gars, Une Fille » dont elle a joué prés de 4500 sketches qu’elle a, à la fois co-écrits et interprétés, Alexandra n’a rien de la blonde évaporée. Très à l’aise et d’un naturel affable, le rituel de l’interview passe comme une lettre à la poste. Fraichement débarquée à Londres, depuis cet été, elle découvre et explore la vie londonienne depuis son quartier de Stoke Newington où elle a trouvé une jolie maison avec un jardin.

« Pour le même prix à Paris je n’aurais jamais trouvé une maison avec jardin ! Ce matin, j’ai pris mon petit déjeuner dans le jardin et je me suis dit : je suis super bien, là ! » explique la comédienne, qui se déplace en bus, comme une vraie londonienne.

Entre Londres et la France                                                                        

Travaillant surtout en France, ce qui lui vaut de faire pas mal d’aller retour entre Londres et Paris, Alexandra va tout de même faire profiter de sa présence à la communauté française londonienne. Notamment, dés mercredi 15 janvier, où elle présentera « J’enrage de son absence », un film de Sandrine Bonnaire où elle interprète un personnage inspiré de la mère de l’actrice fétiche de Maurice Pialat.

« C’est un film, très noir, très dur. Mais travailler avec Sandrine fut une expérience merveilleuse. Elle sait parler aux acteurs et dirige tout en sensibilité, en chuchotant parfois à l’oreille. Je viendrais présenter le film à l’institut français et répondre aux questions du public. »

Avec deux films à la fois dans les salles françaises et londoniennes, Alexandra ne se repose pas sur ses lauriers. Elle sera aussi sur la scène de l’institut français, en février, pour jouer « La Venus au Phacochère », une pièce de Christian Siméon mise en scène par Christophe Lidon.

« La pièce se passe dans la période de la Belle époque à Paris. C’est superbement écrit par Christian Siméon, dont je raffole de l’écriture. Je suis seule en scène et je joue trois personnages, dont Misia la femme de Thadée Natanson, fondateur de la Revue Blanche, égérie de Lautrec, Mallarmé, Proust…La pièce parle de la condition féminine, de la misogynie. Ce n’est pas une pièce comique et parfois le public est déconcerté lors des premières minutes du spectacle car les gens ne s’attendent pas à me voir dans ce genre de rôle ! Mais c’est une pièce où il faut se laisser porter, se laisser faire. »

Raconte Alexandra, qui se remémore les commentaires de certains spectateurs après avoir vu la pièce.

« Une dame qui voulait me faire signer un DVD de « Un gars, Une fille » s’est ravisée. Elle a été tellement émue par la pièce qu’elle se sentait gênée de me faire signer le DVD. »

« Un Gars, une Fille », la série culte avec Jean Dujardin avec qui elle partageait le petit écran et sa vie, reste ancrée dans la mémoire collective française et pourtant cela fait 10 ans que la sitcom s’est achevée. Mais Alexandra Lamy semble être passée à autre chose.

Sur les planches

« Nous allons jouer plusieurs dates de la Venus au Phacochère à l’institut français, dans leur salle de cinéma, réaménagée pour l’occasion. Je tourne dans toute la France avec cette pièce depuis des mois et je devrais la jouer bientôt à New York et peut être aussi Hong Kong ! »

Pas encore très sûre de son anglais, Alexandra avoue être à la recherche d’un cours de théâtre dans la langue de Shakespeare afin d’être plus à l’aise à l’oral. Rien de plus normal pour cette grande bavarde, qui se sent un peu frustrée de ne pas pouvoir converser à sa guise en anglais.

« C’est encore un peu difficile pour moi de tenir une conversation intéressante en anglais, même si je comprends tout, je n’arrive pas encore à bien m’exprimer. Je cherche un cours de théâtre en anglais pour pouvoir m’aider à mieux parler. »

Quand on lui demande si elle envisage une carrière internationale à la Cotillard ou Binoche, Alexandra répond par la négative :

« Non, je vais continuer à travailler en France. C’est tres difficile de jouer dans une langue que je ne maitrise pas encore tout à fait. »

Dommage, on aurait bien vu Alexandra dans une production hollywoodienne. Hollywood justement où elle a assisté aux Golden Globes et aussi aux Oscars en soutient à son ancien compagnon, star de The Artist, en 2012. Des souvenirs marquants de cette époque ?

« Là encore, je ne pouvais pas tres bien parler anglais, alors c’était assez frustrant. Et puis c’est difficile de rencontrer des gens lors de ces événements très balisés. Mais je me souviens avoir été ravie de rencontrer Jodie Foster. »

Pour finir, on a évidemment demandé à Alexandra si elle avait des endroits favoris à Londres ?

« Je suis encore au stade de la découverte mais j’aime bien aller chez Oui, Madame ! sur Stoke Newington, aller au marché aux fleurs de Columbia Road ou encore me balader à Angel, Shoreditch, Camden… »

Une carrière florissante au cinéma, au théâtre et une nouvelle vie qui débute sur des chapeaux de roue à Londres. Mais que peut-on souhaiter de plus à Alexandra pour cette nouvelle année 2014 ?

« Que ça dure ! Surtout après une année 2013 difficile… »

S’exclame Alexandra, un grand sourire aux lèvres.

Infos : Q&A et projection de « J’enrage de son absence » de Sandrine Bonnaire, en présence d’Alexandra Lamy, mercredi 15 janvier à 20h30 à l’institut français. « Le Venus au Phacochère » en représentations les 3,4 et 5 février à 20h à l’institut français. « Jamais le premier soir » de Melissa Drigeard, sortie en France le 1er janvier 2014. Sortie en UK pas encore définie.

A lire dans la même catégorie: Interview

A lire les dernières publications


Ajouter un commentaire :

Title:
Nom / Prénom / Pseudo:
Email: Votre adresse email ne sera pas affichée
Commentaire: